4ème rencontre nationale Action Cœur de Ville

Cette semaine, j’ai assisté à la 4ème rencontre nationale du plan Action Cœur de Ville, en présence du Président de la République Emmanuel Macron, de la Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Jacqueline Gourault, et la Présidente de Villes de France et de l’ANCT, Caroline Cayeux.

Habitat, patrimoine, commerce, création d’emplois, transports et mobilité, transition écologique, offre éducative, culturelle et sportive, qualité des sites d’enseignement supérieur, développement des usages des outils numériques, … Action Cœur de Ville, c’est le plan qui permet de redynamiser les centres de 222 villes moyennes en France – dont Auch.

A Auch, Action Cœur de Ville a permis de financer plusieurs opérations afin de rénover et dynamiser le cœur de Ville : amélioration de l’habitat, réfection d’espaces publics, ou encore redynamisation du commerce de proximité. A titre d’exemple, l’État a contribué à hauteur de 1 millions d’euros à la réfection de l’escalier monumental de Auch grâce au plan Action Cœur de Ville.

A l’occasion de ces Rencontres, le président a livré un plaidoyer en faveur des villes moyennes, qui répondent aux nouvelles attentes des français et permettent de retisser la trame de notre pays. Il a rappelé le succès d’Action Cœur de Ville, qui permet de faire partir les projets des territoires. En matière de décentralisation, on confond compétences et responsabilités. La décentralisation qui compte c’est celle des projets.

Le Président a souhaité remettre les villes moyennes au cœur des politiques d’aménagement, afin de répondre aux aspirations nouvelles des Français. Il a annoncé :

  • la pérennisation du fonds friches de 650 millions d’euros, pour réhabiliter les friches en milieu urbain
  • 350 millions d’euros supplémentaires pour contribuer aux projets de redynamisation des centralités
  • une méthode “action cœur de ville” qui s’étendra aux projets des entrées de ville et aux zones de gares.
  • des logements de qualité avec la prolongation du processus de défiscalisation dit “Denormandie” pour les travaux de réhabilitation des logements, au-delà de 2022
  • la poursuite d’actions de décentralisation des services publics